Compositrices

 

L’intérêt que je porte aux compositrices est né lorsqu’à 20 ans, alors jeune étudiante en musicologie et toujours apprentie pianiste, j’ai assisté à un programme de concert qui leur était entièrement dédié. J’ai réalisé que depuis le début de mes études, personne ne m’avait invitée à découvrir l’oeuvre musicale composée par une femme et que, moi-même, je ne m’étais jamais interrogée sur le sujet.

J’ai découvert au cours de mes lectures de nombreux noms et parcours passionnants de compositrices. Chacune d’entre elles n’a pas connu le même sort et n’a pas rencontré les mêmes difficultés pour se faire une place dans le milieu artistique. Tout dépend du pays dans lequel elles se trouvent, des circonstances sociales, politiques de l’époque…

J’ai particulièrement étudié l’oeuvre et la vie de Louise Farrenc en lui consacrant un mémoire de maîtrise à propos de ses deux quintettes avec piano. L’étude de l’oeuvre de cette femme m’a interrogée sur de nombreux points : pourquoi ses œuvres à la qualité reconnue sont-elles tombées dans l’oubli ? Existe-t-il une différence réelle dans la manière de composer entre un homme et une femme ? Ses œuvres serait-elles mieux connues si elle avait été un homme ?

J’ai eu le grand plaisir de jouer ces deux quintettes et , depuis, j’essaie d’intégrer régulièrement des œuvres de compositrices à mes programmes de concert ou de leur en consacrer un en entier.

Ce fut le cas à Marignane le 8 Mars 2017.

Elisabeth Soulignac au violon et moi-même au piano avons interprété la deuxième sonate de Louise Farrenc et la sonate de Mel IMG_2189Bonis.

Découvrez le détail de ce programme

IMG_2126